Voir la plaquette de présentation de l’observatoire H+ (création Décembre 2007)

Le service d’observation H+ a été crée en 2002, avec quatre missions principales :

La mission première du SOERE H+ est de maintenir et de coordonner un réseau de sites expérimentaux capables de fournir des données pertinentes – y inclus des chroniques ou expériences long terme – pour la caractérisation, la quantification et la modélisation des transferts d’eau, d’éléments et d’énergie dans les aquifères souterrains. Cet outil expérimental performant doit être construit avec la plus grande exigence scientifique pour en faire un réel outil de recherche fondamentale de niveau international.

Des objectifs scientifiques spécifiques et complémentaires sont définis en fonction des sites instrumentés : l’impact de l’exploitation sur le cycle de l’eau (Ploemeur et Hyderabad), le couplage entre la matrice poreuse et les structures fortement localisées (fractures ou karsts) (S.E.H. Poitiers), le cycle de l’eau sur de grands systèmes karstiques (Durzon), le monitoring des intrusions d’eau salée (Majorque), les écoulements dans la zone non saturée (LSBB), le développement des méthodes d’imageries géophysiques (Krauthausen), la technologie de barrière hydraulique contre les intrusions d’eau saline (Llobregat) .

Le couplage mesures/théories/modèles est une mission fondamentale du SOERE H+ ; la modélisation, à quel niveau qu’elle soit, est un outil indispensable à la prédiction. L’observatoire a pour vocation de créer un lien pérenne entre les équipes de recherche intéressées par les aspects théoriques, numériques ou expérimentaux des transferts en milieu hétérogène.

H+ a aussi pour mission d’établir un partenariat entre la recherche fondamentale, la formation et les acteurs opérationnels. Des actions de formation sont menées par les équipes H+ sur l’exploitation de la ressource et la prévention des risques environnementaux.