Le GDAT 2012 dédié à la datation des eaux souterraines s’est tenu à Rennes du 15 au 19 Octobre 2012. Ce congrès a été un réel succès avec la participation de près de 60 chercheurs, ingénieurs et étudiants en thèse venant de plus de 25 laboratoires de recherche et représentant 12 pays.

Les conférences ont permis d’explorer l’utilisation de certains composés nouveaux comme le SF6 et l’utilisation des CFC dans la datation des eaux récentes, y compris dans les systèmes très complexes comme les aquifères fracturés ou les karsts.

Les résultats de la première intercomparaison des méthodes de datation réalisée en février dernier confortent la précision et la robustesse globale de l’utilisation des traceurs environnementaux pour la datation des eaux souterraines.

Durant la journée commune avec le réseau H+ (Observatoire de recherche en environnement) de nombreuses questions sur le sens des "âges de l’eau" dans les systèmes hydrogéologiques complexes et leur utilisation dans les modèles hydrogéologiques ont pu être discutées.

Les deux dernières journées du congrès ont été consacrées à un exercice d’intercomparaison des méthodes de datation sur le site de Betton avec 23 participants représentant près de 20 laboratoires internationaux. Cet échantillonnage commun a aussi été l’occasion pour certains laboratoires de tester de nouveaux matériels de prélèvements et d’analyse.