• Galerie principale du Laboratoire Souterrain à Bas-Bruit de Rustrel
    Galerie principale du Laboratoire Souterrain à Bas-Bruit de Rustrel
  • Points d'écoulement et mesures de terrain
    Points d'écoulement et mesures de terrain
  • Mise en oeuvre de mesures géophysiques
    Mise en oeuvre de mesures géophysiques
  • Entrée du laboratoire Souterrain à Bas-Bruit de Rustrel
    Entrée du laboratoire Souterrain à Bas-Bruit de Rustrel
  • Galérie anti-soufle du laboratoir souterrain à Bas-Bruit du Rustrel
    Galérie anti-soufle du laboratoir souterrain à Bas-Bruit du Rustrel

 

 

Responsable du site du LSBB : Konstantinos Chalikakis

Le Laboratoire Souterrain à Bas Bruit de Rustrel Pays d’Apt (LSBB – http://lsbb.oca.eu/) est issu de la reconversion de l’ancien poste de conduite de tir n°1 de la force de dissuasion nucléaire française. C’est un ensemble de galeries subhorizontales creusé dans le massif rocheux de la Grande Montagne, à Rustrel en bordure Sud du plateau d’Albion. Il permet un accès à la Zone Non Saturée (ZNS) de l’aquifère karstique de Fontaine de Vaucluse sur une longueur d’environ 3,7 km pour 14 000 m2, sous une couverture rocheuse variant de 30 à 519 m compte-tenu de la topographie en surface. Au cœur du Parc Naturel Régional du Luberon, le LSBB bénéficie d’un environnement naturel unique qui garantit un faible niveau de perturbations anthropiques et fournit un accès souterrain privilégié à un milieu particulier : (i) l’épikarst et la zone non saturée superficielle et profonde de l’aquifère karstique de Fontaine de Vaucluse, (ii) une plateforme carbonatée analogue des champs pétrolifères du Moyen-Orient, (iii) la région des grandes failles sismogènes de Provence. Le LSBB, labellisé site instrumenté INSU, est ainsi devenu un observatoire interdisciplinaire de l’environnement sismique, hydrogéologique, magnétique et radiatif ainsi qu’un site privilégié pour l’étude à haute résolution des transferts de masse (gaz, eau, solutés), en condition naturelle et/ou sous contrainte, dans un milieu hétérogène à complexité multi-échelles tel que le karst. Le LSBB fournit en effet la méso-échelle et l’interdisciplinarité indispensable pour étudier les échanges entre les phases gazeuse, aqueuse et rocheuse ; il permet d’accéder à des échelles d’étude habituellement inaccessibles qui vont de la fracture avec son écoulement à un continuum de 14 000 m², avec tous les intermédiaires, notamment un bloc de 5 m de coté et 20 m de haut (5 forages).

Le site (54 ha en surface, le fond et les tréfonds) est la propriété de la Communauté des Communes du Pays d’Apt (CCPA) qui l’a acquis en 1997 afin que le LSBB puisse voir le jour. Par convention, le site est mis à disposition de l’établissement gestionnaire du LSBB pour y développer ses programmes de recherches, de R&D et d’observations. L’ensemble des coûts d’infrastructure et de fonctionnement sont à la charge du LSBB. Le LSBB reçoit 50% du financement nécessaire par le MESR et le CNRS et 50% via les subventions PACA, les partenariats, les contrats et le support des programmes de recherches dont il est partenaire.

 

Le Monde SCIENCE ET TECHNO a publié un article sur les activités menées au LSBB : lien vers l'article